La ptite Lu : une blogueuse humoristique à découvrir en dessins

Aujourd’hui, je vous fais découvrir en interview La Ptite Lu, une blogueuse qui illustre avec beaucoup d’humour et de justesse sa vie en Chine.

Pendant mes études supérieures, j’ai eu la chance de passer 2 ans en Chine. C’était une expérience extraordinaire en tout point car tout était à la fois nouveau et différent : la langue, la culture, la nourriture, les magasins, les gens, etc.

La nourriture, c’est la vie !

Il y a quelque chose que je dois vous avouer. Quand je suis à l’étranger, ce qui fait que j’aime les lieux que je visite, c’est la nourriture.
En Chine, les plats sont cuisinés à base de nouilles ou de riz. Et comme j’ai grandi en mangeant du riz à quasiment chaque repas (le riz est la base de l’alimentation malgache), mon adaptation en Chine ne devait être qu’une formalité.

Enfin, c’est ce que je croyais au début… Au bout de quelques semaines, certains plats me manquaient : quoi de mieux qu’un bon steak, un gratin ou une bonne raclette de temps en temps ? Et plus le temps passait, plus le manque se faisait sentir !

Quand j’ai découvert La Ptite Lu

Je n’étais pas le seul à avoir le mal du pays ! Lucie Guyard, une expat comme moi à cette période, arrivait à me remonter le moral grâce son blog La Ptite Lu où elle illustre avec beaucoup d’humour et de justesse sa vie en Chine.

A travers ses dessins, elle témoigne de ce qui l’étonne, de ce qu’elle aime et de ce qui l’énerve en Chine. Elle permet à ses lecteurs de s’immerger l’espace d’une minute dans la vie d’expat en Chine !

La ptite Lu rentre à Paris

La Ptite Lu de passage en France : certains aliments comme le fromage se vendent 3 à 4 fois plus cher en Chine. Un vrai business !

Même après mon retour en France, je continue à suivre les articles de La Ptite Lu. Ça me rappelle cette période qui a tant marqué ma vie !

Comme je viens de lancer mon blog, je me me suis dit, pourquoi ne pas vous la faire découvrir ? Je l’ai donc contactée pour une interview, et devinez quoi, elle a accepté !

Interview : La Ptite Lu se dévoile

Salut Lucie ! Pour commencer notre interview, peux-tu me dire où tu as grandi et quelles études tu as suivies ?

Salut Dimby, et merci pour cette interview ! Je suis née en Martinique où j’ai grandi avec ma sœur et mes parents. J’y suis restée jusqu’à mes 21 ans car j’ai eu la chance de poursuivre mes études d’art graphique sur place. Oui ! Il y a une école d’art en Martinique !

Ensuite, je suis partie à Paris avec ma sœur qui, elle, n’avait pas d’école qui correspondait aux études qu’elle voulait faire. Une fois installée dans la capitale, j’ai suivi une formation Webdesign en alternance car je me suis vite rendu compte qu’un graphiste devait savoir tout faire… Print ET Web !

Comment t’es venue l’envie de dessiner ? 

J’ai toujours dessiné. Petite, je dessinais à la craie sur l’allée en ciment devant notre maison. C’était mon passe-temps favori. A l’âge où les enfants arrêtent de dessiner, j’ai continué et n’avais qu’une idée en tête : progresser. Je voulais pouvoir dessiner les princesses Disney ! Je regardais les livres illustrés, je m’inspirais des dessins animés.

Plus tard, je me suis mise au fusain, aux sanguines, aux pastels, à la peinture à l’huile, j’essayais tout et m’entraînais en suivant scrupuleusement les conseils des livres d’apprentissage du dessin.

Etudiante en art graphique, j’avais toujours mon carnet de croquis avec moi et c’est naturellement que le personnage de “La Ptite Lu” est apparu. Je n’écrivais pas un journal, je faisais des petites BD sur les anecdotes de ma vie.

Et l’envie de créer ton blog ?

Quand je suis devenue graphiste, mes amis m’ont poussée à rendre ces BD – que je continuais à dessiner dans mes carnets- publiques et à les mettre sur un blog. C’est ainsi qu’est né le blog de La Ptite Lu.

Sur La Ptite Lu, quels sont les sujets que tu abordes ? As-tu un sujet de prédilection ?

Je n’ai pas de sujet de prédilection. Je fais des BD sur tout ce qui me passe par la tête tant que c’est drôle et léger. J’évite les sujets qui fâchent comme la politique ou la religion et la plupart du temps, je tourne tout en auto-dérision.

La ptite Lu danse

Des sessions de danse collective sont organisées (presque) tous les jours dans les squares et parcs

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Les voyages, les différences culturelles, les Français, les Chinois, les étrangers, ma famille, les discussions entre ami(e)s, mon copain, une promenade dans un parc, les soirées au resto, l’actualité, la météo, les saisons… bref, la vie !

Tu es graphiste et illustratrice, pourquoi as-tu choisi d’être freelance, et surtout pourquoi en Chine ?

C’est une entreprise française qui m’a recrutée et fait venir en Chine. Depuis, j’ai changé d’entreprises plusieurs fois. De web designer, je suis passée à directrice artistique et manageais une équipe d’une dizaine de graphistes. Au bout d’un moment, j’ai eu l’impression d’avoir fait le tour de ce que ce boulot pouvait m’apporter. Je faisais surtout du management et beaucoup moins de créa.

J’avais envie d’autre chose, de choisir mes projets, de faire plus d’illustrations et de me concentrer sur mes projets personnels. Je suis donc devenue freelance.

L’anecdote qui t’a le plus marquée depuis que tu es en Chine ?

Il faut lire mes bouquins car il y en a trop !!

J’ai vu que tu avais 1790 followers sur Facebook, 418 sur Instagram, combien ben as-tu sur WeChat ?

Sur WeChat, j’en ai 13 000 ! Facebook et Instagram semblent un peu ridicules à côté, non ? Mais je continue à mettre le blog et Facebook à jour pour ceux qui n’ont pas WeChat, ceux qui sont en France. Dans les 13 000 sur WeChat, il y a 50 % de Chinois et 50 % d’étrangers dont une majorité de Français. Les followers les plus actifs sont les Français.

Comment les Chinois perçoivent-ils tes dessins ?

Ce sont souvent des étudiants qui apprennent le Français ou qui ont vécu en France et qui aiment bien la culture française.

Sur WeChat, les BD sont traduites en 3 langues : anglais / français / chinois pour que tout le monde puisse les lire. Je m’occupe de l’anglais et du français et un ami Chinois s’occupe de la traduction en chinois.

Quelle évolution prévois-tu pour le blog dans les prochains mois / prochaines années ?

J’ai déjà du mal à faire des projets pour moi-même, alors pour mon blog ! Disons que si j’arrive à continuer au même rythme, c’est à dire un post par semaine, je serai très contente. J’aimerais bien arriver à 15 000 followers sur Wechat cette année. Ça serait pas mal aussi 🙂

Pour finir, parle-moi de tes livres LaPtiteLu 1 & 2. A combien d’exemplaires se sont-ils vendus ? 

Le premier livre est sorti il y a 3 ans (2014). C’est un site de crowfounding qui m’a contactée à l’époque. Ils avaient bien aimé mon blog. Je n’ai jamais eu l’intention d’écrire et illustrer un livre mais leur intérêt m’a motivée. Du coup j’ai travaillé d’arrache pied sur un album qui regroupait une trentaine d’anecdotes sur ma vie en Chine.

Après cette première impression en nombre limité (130 en tout), on m’a à nouveau réclamé le livre, je l’ai donc réimprimé l’année suivante à 200 exemplaires. J’ai tout vendu en 3 mois. Je n’imprimais pas de grosse quantités ne sachant pas si je pourrais écouler mon stock.

Comme on continuait à me demander le livre, j’ai décidé d’en écrire un deuxième, et de l’imprimer à 1000 exemplaires cette fois. Non seulement j’ai presque tout vendu en 3 mois mais j’ai dû réimprimer le premier volume car on me le réclamait à nouveau. Cette fois, je l’ai imprimé à 500 exemplaires et je n’en ai plus.

T’attendais-tu à en vendre autant ? 

Je ne m’attendais pas du tout à autant de ventes. D’autant que je n’ai pas de distributeur et que je fais tout toute seule. J’ai ouvert un petit Wechat Shop pour vendre mes livres, j’en ai déposé dans quelques librairies et j’ai fait tous les marchés de Noël de la fin d’année.

C’est la meilleure période pour vendre des livres car les Occidentaux cherchent des cadeaux de Noël à ramener à leur famille. Les livres de La Ptite Lu leur permettent de faire découvrir leur vie en Chine à leurs proches.

Un autre livre est-il prévu prochainement ?

Je n’en dirai pas plus mais, oui, un autre livre est en cours 😉

Le mot de la fin

Un grand merci à La Ptite Lu sans qui l’article n’aurait pas vu le jour 🙂

Si vous êtes comme moi à vouloir lire ses prochaines histoires, suivez-la !

QR Code La Ptite Lu

Wechat : LaPtiteLu
Facebook : https://www.facebook.com/laptitelu
Instagram : https://www.instagram.com/la_ptite_lu/
Blog : http://www.lucie-guyard.com/blog/fr/

N’hésitez pas à partager cet article à tous vos amis en Chine ! 谢谢 !

Ça vous a plu ? N'oubliez pas de me suivre sur les réseaux sociaux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *